L'entraide des fermiers du monde par SMS



sms-we-far.jpg


Dans les zones rurales où vivent les agriculteurs de pays en développement, l’isolement numérique est un problème majeur.


Kenny Ewan a cofondé WeFarm, une start-up qui propose aux agriculteurs de plusieurs pays du Sud une sorte d’Internet sans Internet  : un réseau qui fonctionne par SMS et permet à des agriculteurs qui ne se sont jamais rencontrés d'échanger des conseils qui peuvent sauver leurs récoltes ou leur bétail.


Avant de lancer WeFarm, Kenny Ewan a longtemps travaillé au Pérou.avec des associations de développement locales, dans des communautés indigènes et rurales. 


Dans ces environnements où l’accès à Internet est hasardeux, voire inexistant, il est frappé par les entraves à la circulation de certaines idées et pratiques : 


« Je fabriquais des toilettes sèches et je n’y connaissais rien, je partais de zéro. Et je pensais : des gens dans le monde doivent être en train de faire la même chose que moi. Ce serait vraiment bien qu’on puisse partager nos savoirs et partir des mêmes bases  ! »


De retour en Angleterre, Kenny Ewan lance alors Wefarm, pour  « permettre à des gens qui n’ont pas Internet d’avoir accès à des informations crowdsourcées ». Le système est simple et gratuit pour les agriculteurs :

- Ils s’inscrivent en envoyant un SMS.
- Après avoir indiqué leur prénom et leur âge, ils peuvent ensuite poser une question par SMS à la plateforme.
- La question apparaît sur le site (disponible en sept langues).
- Un algorithme permet alors de transmettre leur demande vers le portable d’autres agriculteurs enregistrés sur le réseau, choisis selon le lieu ou le thème de la question.


Le système se définit comme « pair à pair », puisque ce sont les agriculteurs qui dialoguent entre eux, de façon locale ou plus rarement internationale  :

« Il y a des maladies qui affectent les récoltes, qui n’existaient qu’en Afrique ou en Amérique Latine, et qui commencent à apparaître ailleurs à cause du réchauffement climatique. Ici, l’échange d’information à l’échelle internationale est essentiel.


Mais pour la plupart des questions, les meilleures réponses sont locales. »


Par exemple l'histoire de Festus, Kenyan , qui reçoit d’un paysan ougandais des conseils pour que sa vache ne soit plus attaquée par un oiseau qui la blessait.


Aujourd’hui, la plateforme a enregistré plus de 7,5 millions d’interactions. Les SMS peuvent être envoyés en plusieurs langues et WeFarm recrute activement des traducteurs.


Les designers de WeFarm ont étroitement associé des agriculteurs de plusieurs pays à l’élaboration du système, de la conception aux divers tests des prototypes.


Ce sont eux qui ont imposé les SMS, alors que les concepteurs de WeFarm avaient plutôt pensé à une plateforme en ligne.